L’effet Coca-Cola ou quand la nouveauté devient une manière de vivre

L’informatique a soif d’innovation.  Il faut toujours créer quelque chose de nouveau ou de différent sinon nous risquons de rapidement devenir dépassé.  L’innovation est devenue une obligation pour réussir et nous orientons une grande partie de nos efforts pour trouver la prochaine grande idée.  Cependant, est-ce qu’il est possible de toujours innover ? En plus, est-ce que c’est vraiment nécessaire ?

Prenons Coca-Cola, c’est l’un des grands distributeurs de breuvages non-alcoolisés au Japon.  Ils y offrent des produits que nous connaissons tous comme le Coke et d’autres inconnus au Canada comme le café glacé iily issimo et le thé glacé Karada Meguri-cha.  En fait, la plupart des produits disponibles au Japon vont soit nous être totalement étrangers soit différer subtilement de ceux qu’on connait.  En effet, Coca-Cola a introduit au Japon entre la fin des années 1970 et le milieu des années 2000 plus de sept cent nouveaux produits soit environ un à toutes les deux semaines.  Cependant, il y a un hic, seulement quarante-deux de ces produits sont véritablement nouveaux.  Les autres sont des variations de produits existants.

Le même phénomène existe en informatique.  Quelques compagnies créent des produits véritablement nouveaux mais la plupart développent des variations de choses existantes.  Elles innovent de manière itérative à partir du même concept en ajoutant ou retirant quelque chose.  Ce processus d’innovation itérative a généré plusieurs produits maintenant essentiels comme la tablette tactile, l’ordinateur portable, le traitement de texte ou la messagerie électronique.  Le concept original des ces produits a été pensé par une personne mais le produit actuel est le fruit de plusieurs années d’améliorations faites par plusieurs compagnies.

Pour revenir à la question initiale, est-ce qu’il est possible de toujours innover ?  Oui c’est possible de le faire.  Cependant l’innovation n’est pas toujours un changement majeur.  Elle peut être simplement l’adaptation d’un produit existant à une nouvelle situation ou même juste un changement de présentation.  La solution parfaite n’existe pas et il est toujours possible de l’améliorer un tout petit peu.

Références

Who Imitates Whom? An Empirical Study on New Product Introductions in the Japanese Soft-drink Industry

L’histoire et l’évolution des tablettes tactiles

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’effet Coca-Cola ou quand la nouveauté devient une manière de vivre »

  1. L’itération doit tout de même être distingué de l’imitation. L’itération est un reproduction avec une quelconque addition tandis que l’imitation est une reproduction plus ou moins exacte. Voir les cas Apple-Samsung par opposition au cas Apple-PARC…

    • Le cas de PARC est clairement une itération sur une technologie existante. PARC a publié et démontré à de multiples reprises les résultats de ses recherches ce qui est normal dans le cadre de la recherche scientifique. La situation de Apple envers Samsung me semble plus nébuleuse. Je pense qu’il y a deux tactiques à l’oeuvre dans ce cas :

      – l’utilisation des brevets pour maintenir une avance technologique ou protéger une part de marché
      – l’utilisation de technologies semblables qui peuvent être effectivement une entorse au brevet

      Malheureusement, il est difficile pour une cours de justice de juger un cas de bris de brevet. Ils manquent souvent des connaissances dans le domaine et doivent faire appels à des spécialistes qui peuvent être partiaux à l’une des deux parties. À la fin, c’est lui qui a le mieux présenté son dossier qui gagne et le brevet est un peu accessoire. Il y aurait plusieurs initiatives au sujet de la révision des brevets particulièrement dans les domaines techniques et j’ai bien hâte de voir ce que ça va donner.

      Le cas Apple vs PARC

Les commentaires sont fermés.