Lire les petits caractères

Tout ce qui est écrit, photographié, peint, dit ou créé de quelque façon que ce soit est soumis aux règles du droit d’auteur.  La plupart des pays reconnaissent cette règle sauf, peut-être, la Chine qui ne semble pas tellement s’en préoccuper.  Le sujet soulève actuellement des controverses à la suite des actions prises par des entreprises pour protéger agressivement leurs droits.  Après tout, les lois sur le droit d’auteur ont été faites originalement pour eux.

Cependant, ces droits s’appliquent à tout le monde quand même.  Il n’est pas nécessaire que la licence d’utilisation soit clairement indiquée pour le travail soit protégé.  Il l’est explicitement dès sa création.  L’auteur peut quand même indiquer la licence protégeant son travail.  Il facilite ainsi l’identification des règles d’utilisation et de partage de son labeur.  Par exemple, cet article est protégé par le droit d’auteur.  La licence que j’ai décidé d’utiliser est une licence Creative Commons qui permet certains droits tout en restreignant les utilisations que je désire me réserver.  Elle est indiquée dans le bas de colonne de droite et le détail est disponible dans la section Licence d’utilisation.

Bien évidemment, la règle du droit d’auteur s’applique à mes articles et me protège mais elles touche également ce que j’utilise dans mes articles comme les photos.  En effet, au Canada la durée de protection varie selon plusieurs facteurs comme le type de document ou le propriétaire du document.  Par exemple, les photos peuvent être libres de droits cinquante ans après le décès du photographe ou cinquante ans après la prise de la photo si la photo appartient à une entreprise.  Pour respecter leur droit d’auteur, je me dois de trouver des photos libres de droits ou d’obtenir le consentement de la personne ayant produit l’oeuvre.  C’est une des raisons pourquoi la plupart des photos que j’utilise sont en noir et blanc.

Surtout n’oubliez pas, cet article n’est pas un avis légal et vous devriez demander l’aide d’un spécialiste en cas de besoins.  Pour mieux vous renseigner sur le sujet, voici quelques liens qui m’ont été utiles :

CAPIC – L’association canadienne des créateurs professionnels de l’image

Librairie de l’université de Concordia

Creative Commons

Copyright isn’t dead just because we’re not willing to let it regulate us

Publicités