Payer ses dettes

La dette technique est un concept intéressant en informatique. Elle représente en une seule idée les coûts de modification, d’amélioration et de maintenance d’un logiciel. L’intérêt sur cette dette s’élève à mesure que le logiciel se complexifie.  Elle peut même devenir tellement élevée que tous les nouveaux développements deviennent presque irréalisables.  Mais, à la fin, est-ce qu’on peut faire banqueroute à cause de la dette technique ?

Lire la suite

Publicités

L’innovation est dans l’oeil de celui qui regarde

On dit que la beauté est dans l’oeil de celui qui regarde.  Nous déterminons ce qui est beau selon plusieurs critères tel que l’apparence, le contexte social et la biochimie du cerveau.  Ce sont tous des critères subjectifs qui varient d’une personne à l’autre et d’une société à l’autre.  Être beau ne veut pas dire la même en Amérique du Nord, en Europe ou en Asie.

Lire la suite

L’effet Coca-Cola ou quand la nouveauté devient une manière de vivre

L’informatique a soif d’innovation.  Il faut toujours créer quelque chose de nouveau ou de différent sinon nous risquons de rapidement devenir dépassé.  L’innovation est devenue une obligation pour réussir et nous orientons une grande partie de nos efforts pour trouver la prochaine grande idée.  Cependant, est-ce qu’il est possible de toujours innover ? En plus, est-ce que c’est vraiment nécessaire ?

Lire la suite

Poser la première pierre

Mise en place de la pierre angulaire du YMCA par Nickerson & O'Day Est-ce que vous utilisez Twitter?  Savez-vous pourquoi un message a 140 caractères au maximum?  Après-tout, il serait vraiment facile de faire de messages de 200, 300 ou même de 567 caractères.  Il serait beaucoup plus facile d’envoyer un message et on pourrait sûrement dire plus de choses.  Les communications seraient plus efficaces.  Pourtant Twitter n’augmente pas la taille des messages et ils ne semblent pas vouloir le faire.  Pourquoi?

Lire la suite

Mais où est passée la bible de l’informatique?

Lorsque j’ai débuté en informatique, on programmait sur MS-DOS et on parlait d’un nouveau langage très chic nommé Java.  À cette époque, Internet aurait probablement pu être exploré au complet si on avait assez de temps à perdre et la meilleure façon de s’y connaître en informatique était de s’abonner à des revues ou de lire la bible du sujet.  Je suis d’ailleurs le très heureux possesseur de la bible C++ soit près de neuf cent pages complètement dépassées.  Aujourd’hui, les revues sérieuses d’informatique se comptent sur le bout des doigts, les bibles ont été recyclées depuis belle lurette et les livres sont publiés une version en retard.  D’ailleurs le dernier livre que j’ai acheté concernant un langage de programmation remonte à presque dix ans.

Lire la suite

C’est quoi une dette technique et comment la gérer

Une dette technique c’est un peu le même concept qu’une carte de crédit.  À toute les fois qu’on ajoute une ligne de code à un logiciel, on augmente la dette d’un montant basé sur la taille et complexité du code ajouté.  Ce qui veut dire, que plus le code est complexe et lourd plus on va devoir payer des intérêts en le supportant.

On peut aussi augmenter notre dette rapidement en faisant un code non-optimal pour atteindre un objectif comme livrer à temps.  L’objectif à atteindre est alors beaucoup plus important que les considérations futures de maintenance.  Dans un monde idéal, ça n’arrive jamais.  Dans la vraie vie, ça arrive tous les jours.

L’expérience de l’équipe de développement a également un impact sur les intérêts payés.  C’est un peu leur cote de crédit.  Plus l’équipe est expérimentée et efficace, plus sa cote est bonne donc les intérêts sont plus faciles à assumer.  À l’inverse, plus l’équipe est inexpérimentée ou manque de connaissances sur le logiciel maintenu, plus les intérêts seront élevés.

Lire la suite